Broken Systems Failed Tina Fontaine – Murder Trial Verdict Another Severe Setback for Justice and Reconciliation

Broken Systems Failed Tina Fontaine – Murder Trial Verdict Another Severe Setback for Justice and Reconciliation

by pmnationtalk on February 23, 2018200 Views

February 22, 2018

Broken Systems Failed Tina Fontaine – Murder Trial Verdict Another Severe Setback for Justice and Reconciliation

(Ottawa, ON) – Assembly of First Nations (AFN) National Chief Perry Bellegarde says today’s verdict finding Raymond Cormier not guilty of second-degree murder in the death of Tina Fontaine is a shock and another profound disappointment for First Nations across the country, and a severe setback for justice and reconciliation in Canada.

“With this verdict we see yet another young First Nations woman failed by the child welfare system, failed by the police, and now failed by the courts,” said AFN National Chief Perry Bellegarde.  “We stand with Tina Fontaine’s family and friends as they seek justice and healing. First Nations demand immediate changes to a system that allows our young people to die without justice. This verdict is a severe setback for justice and reconciliation in this country. Reconciliation cannot be simply about words – it has to be about action, about valuing the lives of Indigenous people, and keeping Indigenous women and girls safe.”

Raymond Cormier pleaded not guilty to second-degree murder in the August 2014 death of 15-year-old Tina Fontaine from Sagkeeng First Nation. Closing arguments concluded February 20 with directions to the jury by Queen’s Bench Chief Justice Glenn Joyal on February 21. Tina Fontaine’s death drew national attention and highlighted the need for a national inquiry on missing and murdered Indigenous women and girls.

“My thoughts are with the family of Tina Fontaine and we stand with them today in their continued calls for justice,” said AFN Manitoba Regional Chief Kevin Hart.  “We must learn from this tragedy and we must all demand action now to ensure safety and security for Indigenous women and girls. We stand with the family and we reiterate our calls for the National Inquiry on missing and murdered Indigenous women to focus on families throughout all its work and to not wait for its work to be complete. We need to see immediate action to prevent further violence and to support all families at risk.”

First Nations have called for changes to the systems that continue to fail First Nations and fail the entire country. Immediate action is required to ensure Indigenous representation on juries and to support First Nations approaches to justice, including restorative justice.

The AFN continues to call for a national action plan to provide safety and security for Indigenous women and girls that would include shelters and safe spaces, education and training, transportation, daycare and other supports. Action is also required by federal, provincial and territorial governments to stop discrimination against First Nations children in care and work with First Nations to reform the child welfare system. A resolution from the AFN December 2017 Special Chiefs Assembly calls for the National Inquiry on Missing and Murdered Indigenous Women and Girls to reorient its mandate to investigate police services and to take a “families first” approach.

The AFN is the national organization representing First Nations citizens in Canada.  Follow AFN on Twitter @AFN_Updates.

 

―30―

For more information, please contact:

Jamie Monastyrski
Press Secretary – National Chief’s Office
Assembly of First Nations
343-540-6179 (cell)
jamiem@afn.ca

Jenna Young Castro
Communications Officer
Assembly of First Nations
613-241-6789 ext. 201
613-314-8157 (cell)
jyoung@afn.ca


Le 22 février 2018

Tina Fontaine, laissée-pour-compte par des systèmes déficients – Verdict d’un procès pour meurtre : un autre revers important pour la justice et la réconciliation

(Ottawa, ON) – Le Chef national de l’Assemblée des Premières Nations (APN), Perry Bellegarde, affirme que le verdict rendu aujourd’hui reconnaissant Raymond Cormier non coupable du meurtre au deuxième degré de Tina Fontaine est un choc et une autre profonde déception pour les Premières Nations de l’ensemble du pays, ainsi qu’un revers important pour la justice et la réconciliation au Canada.

« Ce verdict, c’est une autre jeune femme des Premières Nations qui est abandonnée par les organismes de protection de la jeunesse, la police, et maintenant les tribunaux, a déclaré le Chef national de l’APN, Perry Bellegarde. Nous appuyons la famille et les amis de Tina Fontaine dans leur quête de justice et de guérison. Les Premières Nations exigent que des changements immédiats soient apportés à un système qui laisse nos jeunes mourir sans que justice ne soit rendue. Ce verdict constitue un revers important pour la justice et la réconciliation de ce pays. On ne peut pas se contenter de parler de réconciliation; on doit agir, accorder de la valeur à la vie des peuples autochtones, et assurer la sécurité des femmes et des filles autochtones. »

Raymond Cormier a plaidé non coupable du meurtre au deuxième degré commis en août 2014 de Tina Fontaine, 15 ans, de la Première Nation Sagkeeng. Le plaidoyer final a été livré le 20 février et le juge en chef de la Cour du Banc de la Reine, Glenn Joyal, a donné ses directives au jury le 21 février. La mort de Tina Fontaine a attiré l’attention nationale et a souligné la nécessité d’une enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées.

« Mes pensées accompagnent les membres de la famille de Tina Fontaine, et nous les appuyons dans leur quête pour que justice soit rendue, a affirmé le Chef régional de l’APN pour le Manitoba, Kevin Hart. Nous devons tirer des leçons de ce drame et exiger des mesures pour assurer la sécurité et la protection des femmes et des filles autochtones. Nous accompagnons la famille et réitérons notre appel pour la réalisation d’une enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées afin de mettre l’accent sur les familles tout au long de sa tenue et de ne pas attendre. Des mesures doivent être prises dans l’immédiat pour prévenir d’autres actes de violence et appuyer les familles à risque. »

Les Premières Nations ont demandé à ce que des changements soient apportés aux systèmes qui continuent de laisser tomber les Premières Nations et le pays tout entier. Il faut que des mesures soient prises dans l’immédiat pour assurer la représentation autochtone au sein des jurys et appuyer les approches des Premières Nations par rapport à la justice, notamment la justice réparatrice.

L’APN continue de revendiquer la mise sur pied d’un plan d’action national pour assurer la sécurité et la protection des femmes et des filles autochtones qui comprendrait des endroits sécuritaires et des refuges et l’accès à l’emploi, à l’éducation, aux transports, aux garderies et à d’autres formes de soutien. Les administrations fédérales, provinciales et territoriales sont également sommées de cesser la discrimination contre les enfants des Premières Nations pris en charge et de collaborer avec les Premières Nations afin de réformer les organismes de protection de la jeunesse. Une résolution prise lors de l’Assemblée extraordinaire des Chefs de l’APN en décembre 2017 vise à ce que l’enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues ou assassinées réoriente son mandat afin d’enquêter sur les services de police et d’adopter une approche axée sur les familles.

L’APN est l’organisme national qui représente les citoyens des Premières Nations du Canada. Suivez l’APN sur Twitter @AFN_Updates.

―30―

Renseignements :

Jamie Monastyrski
Attaché de presse – Bureau du Chef national
Assemblée des Premières Nations
343 540-6179 (cellulaire)
jamiem@afn.ca

Jenna Young Castro
Agente de communications
Assemblée des Premières Nations
613 241-6789, poste 201
613 314-8157 (cellulaire)
jyoung@afn.ca

Send To Friend Email Print Story

Comments are closed.

NationTalk Partners & Sponsors Learn More