You can use your smart phone to browse stories in the comfort of your hand. Simply browse this site on your smart phone.

    Using an RSS Reader you can access most recent stories and other feeds posted on this network.

    SNetwork Recent Stories

NWAC shocked with recent RCMP comments on CBC

by mmnationtalk on February 19, 20132094 Views

nwac_logo

PRESS RELEASE: FOR IMMEDIATE RELEASE

NWAC shocked with recent RCMP comments on CBC

Ottawa, ON (February 17, 2013)  –  In a response to a posting on the CBC News website stating that the, “The RCMP questions claim of 600 missing aboriginal women”, Michèle Audette, president of the Native Women’s Association of Canada (NWAC) states that, “it is incredible that the RCMP is publicly doubting the number of missing and murdered Aboriginal women and girls that has been documented in the Native Women’s Association of Canada’s Database! The high number of missing and murdered Aboriginal women and girls that has been documented was based on accurate secondary source information that in many instances came directly from police reports that had further been corroborated by NWAC researchers with various police agencies.

NWAC collected and developed the Database of Missing and Murdered Aboriginal women and girls between 2005 and 2010 through the Sisters In Spirit initiative, which was based on cases that were in the public domain. “Anyone can collect this information, it is there, but what is unique is that NWAC went beyond this general collection and spoke directly with many families of missing and murdered Aboriginal women and girls and was able to augment the data to better determine what the needs and gaps are in terms of service delivery, programming, and policy services. I invite you to educate yourself, your family, friends and community, and visit the NWAC website and see the research for yourself,” said NWAC President Audette. Research data collected through the Sisters In Spirit project are available on the NWAC website and can be found on this webpage: http://www.nwac.ca/programs/sis-research.

NWAC acknowledges that the number often cited by the research and scope of the Sisters In Spirit project is limited; the NWAC believes that the real number is much higher, potentially in the thousands. Many historical cases are unreported or are reported without ethnicity by policing agencies and the RCMP. NWAC continues to receive requests from families and communities searching for a loved one or missing community members. “There are times when the name search turns up a blank, this tells us that the NWAC Database is not up to date and has not captured all incidents. These are indicators that the number is much higher and we have NOT recorded all cases of missing or murdered Aboriginal women and girls,”  exclaimed NWAC President Audette. “I have to add that many of our friends, those grassroots groups that have also been collecting this data often state that the NWAC researched numbers are not correct, and that there continues to be an ongoing issue in the matter of missing and murdered Aboriginal women and girls that no one is officially keeping track of, which is very disconcerting to us.”

“I am not surprised that the RCMP does not know the real numbers of missing and murdered Aboriginal women and girls since they don’t report ethnicity, but I am shocked that they would publically admit that they don’t know what the real numbers are, it is a shame that the RCMP and this government are not doing more to rectify the situation”, said NWAC President Michèle Audette.

As stated in the recent Human Rights Watch report, Aboriginal women and girls are fearful of reporting crimes committed against them by police officers. “It is interesting in this last week that much information regarding the RCMP as an institution, has been made public with reported cases of misconduct, female members from their own ranks coming forth to disclose the widespread abuse of sexism and abuse of power within the RCMP, and now a member accused of horrific child sexual abuse and confinement in Ottawa. Just days ago, the RCMP civilian watch dog made very serious statements regarding the culture of “bullying” as the norm within the organization.” stated NWAC President Michèle Audette.

“It appears now that the RCMP has chosen aggressive bullying tactics to re-direct public attention away from its own internal issues. This is another justification for NWAC’s call for a long-overdue national public inquiry that will, once and for all, look at the issue of missing and murdered Aboriginal women girls including the attitude of the police forces that should be there to protect them and not discredit the organizations that are trying to shed light on this matter,” said President Audette.

The Native Women’s Association of Canada (NWAC) works to advance the well-being of Aboriginal women and girls, as well as their families and communities through activism, policy analysis and advocacy. Aboriginal women continue to experience discrimination on multiple grounds and in various complex forms and from various sources, including from individuals, businesses, and governments.

NWAC was incorporated in 1974 and is one of the five officially recognized National Aboriginal Organizations (NAOs) whose purpose is to represent and speak, at the national level, on behalf of Aboriginal women in Canada.

-30-

For additional information please contact:
Claudette Dumont-Smith
NWAC Executive Director
Toll free 1-800-461-4043
Tel.: 613-722-3033 x. 223
Email: cdumontsmith@nwac.ca
www.nwac.ca

———————————————————–

COMMUNIQUÉ : PUBLICATION IMMÉDIATE

Objet : L’AFAC est stupéfaite des commentaires récents de la GRC à CBC

OTTAWA (ON), le 17 février 2013 – En réponse à un texte affiché sur le site Web des actualités de CBC, selon lequel la GRC met en question l’affirmation voulant qu’il y ait 600 femmes autochtones disparues, Michèle Audette, présidente de l’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC), déclare : « C’est incroyable que la GRC conteste publiquement le nombre de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées qui est documenté dans la base de données de l’Association des femmes autochtones du Canada! Le nombre élevé de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées que nous avons documenté est fondé sur l’information exacte de sources secondaires, qui, dans bien des cas, venait directement de rapports de la police et qui avait été corroborée par la recherche de l’AFAC auprès de différents services de police.

L’AFAC a amassé des données et constitué la base de données sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées de 2005 à 2010, dans le cadre de l’initiative Sœurs par l’esprit, à partir de cas qui faisaient partie du domaine public. « N’importe qui peut assembler cette information, elle est accessible, mais ce qui est unique, c’est que l’AFAC est allée plus loin que cette collecte générale et a parlé directement avec les membres de nombreuses familles de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées, ce qui lui a permis de bonifier les données pour mieux déterminer quels sont les besoins et les lacunes en matière de prestation de services, de programmes et de services découlant de politiques. Je vous invite à vous renseigner vous-même, à informer vos familles, vos amis et vos communautés et à visiter le site Web de l’AFAC pour constater vous-même en quoi consiste la recherche », a dit Mme Audette. On peut obtenir les données de recherche assemblées dans le cadre du projet Sœurs par l’esprit sur le site Web de l’AFAC, à l’adresse suivante : http://www.nwac.ca/programs/sis-research.

L’AFAC reconnaît que le nombre souvent cité par la recherche et la portée du projet Sœurs par l’esprit est limité; l’AFAC croit que le nombre véritable est beaucoup plus élevé et qu’il pourrait atteindre des milliers de cas. De nombreux cas historiques n’ont pas été signalés ou l’ont été sans que les services de police ou la GRC ne précisent l’ethnicité des victimes. L’AFAC continue de recevoir des demandes de familles et de communautés qui cherchent un être cher ou quelqu’un de leur communauté qui est disparu. « Il arrive que la recherche par le nom de la personne disparue ne produise aucun résultat, ce qui indique que la base de données de l’AFAC n’est pas à jour et que tous les incidents n’y sont pas documentés. Ce sont des indications que le nombre est beaucoup plus élevé et que nous n’avons PAS répertorié tous les cas de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées », s’est exclamée la présidente Audette. « Je dois ajouter que beaucoup de nos amis, ces groupes de la base qui amassent aussi ces données, déclarent souvent que le nombre de personnes mentionné dans la recherche de l’AFAC n’est pas exact et que la question des femmes et des filles disparues et assassinées continue de faire problème parce que personne ne tient de compte officiel, ce qui est très déconcertant pour nous. »

« Je ne suis pas surprise que la GRC ne soit pas au courant du nombre véritable de femmes et de filles autochtones disparues et assassinées puisque ses agents ne signalent pas l’ethnicité dans leurs rapports, mais je suis consternée qu’ils admettent publiquement qu’il ne savent pas quel est le chiffre exact. C’est une honte que la GRC et ce gouvernement n’en fassent pas plus pour rectifier la situation », a dit la présidente de l’AFAC, Michèle Audette.

Comme l’indique le rapport publié récemment par Human Rights Watch, les femmes et les filles autochtones ont peur de signaler les crimes commis envers elles par des agents de police. « Il est intéressant de noter que la semaine dernière, beaucoup d’information sur la GRC en tant qu’institution a été rendue publique; il a été question notamment de conduite répréhensible, d’agents femmes qui ont révélé des manifestations de sexisme et des abus de pouvoir généralisés à la GRC, et maintenant une accusation horrible d’agression et de détention d’enfants par un agent de la GRC, à Ottawa. Il y a quelques jours à peine, le groupe de surveillance civil de la GRC a fait des déclarations très graves au sujet de la culture d’intimidation qui serait la norme au sein de l’organisation », a déclaré la présidente de l’AFAC, Michèle Audette.

« Il semble maintenant que la GRC a choisi des tactiques d’intimidation agressives pour détourner l’attention du public de ses propres problèmes internes. C’est un élément de plus qui justifie le demande de l’AFAC : nous réclamons la tenue d’une enquête publique nationale, attendue depuis trop longtemps, pour qu’on se penche une fois pour toutes sur le problème des femmes et des filles autochtones disparues et assassinées, y compris l’attitude des services de police qui devraient être là pour les protéger et non pas pour discréditer les organisations qui tentent de faire la lumière dans ce dossier », a déclaré la présidente Audette.

L’Association des femmes autochtones du Canada (AFAC) a pour mission de faire progresser le bien-être des femmes et des filles autochtones et celui de leurs familles et de leurs communautés par l’activisme, l’analyse des politiques et la promotion des intérêts des causes qu’elle défend. Les femmes autochtones continuent de faire l’objet de discrimination pour différents motifs; cette discrimination prend différentes formes complexes et provient de nombreuses sources, que ce soient des individus, des entreprises ou des gouvernements.

L’AFAC, constituée en personne morale depuis 1974, l’un des cinq organismes autochtones nationaux reconnus officiellement; a pour but de représenter les femmes autochtones du Canada au niveau national et de parler en leur nom.

-30-

Pour obtenir plus d’information, communiquer avec :
Claudette Dumont-Smith
Directrice générale de l’AFAC
Téléphone : 613-722-3033, poste 223
Sans frais : 1-800-461-4043
Courriel : cdumontsmith@nwac.ca
Site Web : www.nwac.ca

NT5

Send To Friend Email Print Story

Comments are closed.

NationTalk Partners & Sponsors Learn More

CLOSE
CLOSE